Wednesday, December 16, 2015

Canada at the Crossroads?

          After the election, back to the Liberals after an unpleasant 10 year cohabitation with the (neo-)Conservatives.

          Times have changed. Justin Trudeau is not his father: he's admitted as much - to his advantage. The last thing he needs is comparison with the past: "big shoes to fill" and all that.. Less still does he need the practices and values of the recent political past, Liberal or Conservative. He needs to have the space to start over again, from ground zero, to think outside the box, to think outside the past..

          The father, Pierre Eliot, was conventionally "progressive" in some areas: decriminalization of homosexuality, promotion of the French language and culture immediately spring to mind. But the legacy is not all postive and the son needs the elbow space to think things anew. For example: Pierre Trudeau accelerated the already emerging trend toward centralization of power in the Prime Minister's (PM) office. Centralization and bureaucratization, of course, emerged as forces during the last few centuries as populations swelled, industrialization destroyed older decentralized, locally autonomous economies and as increasing knowledge and specialization required centralized coordination of effort. Pierre Trudeau was not the author of centralization of power, he merely rode the crest of a wave that was rising. The effect of his government was to make our government more ressemble the American presidental system.

           Harper, in his turn, merely continued the trend but with a populist, vindictive mean-spirited edge. Harper took centralization of power into authoritarian micro-management and cultivated a hostile relation with the press reminiscent of authoritarian regimes. His government actively suppressed environmental science and earth scientists who they suspected supported a pro-Climate Change "agenda". In doing so, they weakened some of the major democratic checks on centralized power: freedom of the press, of speech, of opinion, of assembly (footnote 1). One can only refer to as the Paranoid Style in Canadian politics. Anyone who was raised in a Right wing community in the US during the early Cold War years (like yours truly), recognizes that hate and fear driven style of social engineering. Today, one need look no further than Donald Trump in the US Republican primary elections for an example of the (counterproductive) Paranoid Style of politics in practice.

Here are a few examples of the Harper Government's attempts at social engineering in Canada:

internal blog links (keywords: censorship)

           With his evident - and subservient - connection to the "oil patch",  one could argue that under Harper Canada was well on the way to becoming another Petro-State, a state controlled by foreign "extractive industry" companies and investors and their local (bootlicking) clients (note 2). 

           Again, the important thing to keep in mind is that we are - potentially at least - at the end of an era, the start of a new. The signs are written on the wall for all to see. The reactionary Harper "regime" grew increasingly flat, stale, repetitive, meanspirited and philosophically inbred. "Everybody" felt it, hence the strength of the informal - and citizen driven - ABC (Anyone But Conservative) movement during the last half of the campaign. The country needed a transfusion of new blood, spirit and thought. The challenge of the newly elected Trudeau Liberal team will be to deliver..

           Such collective moods, and reactions, are, of course, "symptomatic". They seem to reflect a deeper malaise of the political system (and the dominant classes, their culture and values). At such times, electors will violently reject one party - like the scandal ridden, morally derelict Chrétien Liberals - for another, the Harper (neo-)Conservatives.

           In time, the Conservatives proved to be as morally derelict and intellectually bankrupt as the Liberals. And now the ball has been hit back into the Liberals' court.. (Not quite.. In reality, the "Third Party", the New Democrats, were possibly set to make a breakthrough under folksy charismatic leader Jack Layton. But the rising star was doomed to fall: Layton died of cancer in August, 2011. The new leader, Thomas Mulcair, a recycled Québec provincial Liberal, was not the match for the challenge. In a desperate attempt to win voters on the center-right of the spectrum, Mulcair waffled all over the board on issues such as budget deficits, green energy, pipelines, gun registration, the wearing of religious symbols in public settings.. saying whatever would please a particular audience. In this age of instant information, people saw through the ruse and his support crashed in the latter phases of the election.)

            The task for the Trudeau team is "daunting". The future economy will be dominated by a shift towards decentralization, deglobalization and relocalization. Despite the present glut of shale oil from the USA, in the long run Peak Oil (the end of really cheap energy) will assure this transition. Trudeau will have to play the role of the helmsman steering this country into unexplored waters. So far he has made the right noises: "green energy", restoring Kitimivik (Canadian domestic Peace Corps), investment in infrastructure, social justice for First Nations, greater political participation by women, freedom of speech for environmental scientists, open door to Syrian war refugees.. During the campaign, Trudeau matured as a politician (possibly a dubious gain!) At the beginning, he was bottom man on the totem pole with New Democrat Tom Mulcair leading. Trudeau proved to be an apt campaigner with a steep learning curve (a good sign). He surprised the pundits, I suspect. Will he prove to be as competent a leader as campaigner? Or will he prove to be a disappointment as Obama has been for so many..

The people must hold the Liberals' feet to the fire.

Trudeau's biggest challenge: decentralization, decentralization, decentralization..;postID=989302572390520961;onPublishedMenu=posts;onClosedMenu=posts;postNum=1;src=link 

           Above all, as a leader at a time of transition, Trudeau will have to rise above the cant, rhetoric, hollow formulas and rigidified ideology of the "Old Regime". He will need to replace these with a new, open, science based approach to political organization and economic development. Dare we say, he needs to exhibit - or rapidly develop - Wisdom, the ability to view the world from a high place, to grasp the Big Picture and translate that vision into actions that benefit those living today and our children. 


Edgar Morin: Les Idées, tome IV de La Méthode, Seuil, 1995. My Translation (with slight editing and adaptation):

The difference between theory and ideology / doctrine / dogma

"To recapitulate the elements which oppose doctrine and theory: DOGMA (or doctrine) is closed in on itself, THEORY is relatively open. In both, the (semantic) core resists contradictory evidence but in dogma, internal consistency is the prime directive. In theory, the correspondance between the logic of the theory and the "outside world" is of primary importance. In addition, in dogma the linkages between concepts are extremely rigid (often symbolic or "mythological" in nature). In theory, linkages are of a logical nature. One could say that dogma has a strong "immunological system": it can only accept what confirms the dogma. The theoretical "immunological system" only rejects what is not relevant to its field of investigation.

.. All systems of ideas (ideology, theory, dogma..) tend towards self-closure and self-reference.. However, the fundamental dynamism of science lies in the necessity of a VERDICT, obtained through OBSERVATION or EXPERIMENTATION, which counteracts the tendancy towards DOGMATISATION... At the other end of the spectrum, in the political and social realms, doctrinaire rigidity is the norm, not the exception, and appeal to an external (or objective) verdict is either weak or applied too late.." (One only need think of religious, political or racial ideologues: fundamentalists, climate change "sceptics", neo-nazis, islamophobes..)


1- The irony here is exquisite! In the early Harper years, Haprper and friends delighted in attacking Commie China for "civil rights abuses" which would include, of course, freedom of the press, freedom of speech, association and opinion. Until, however, the Harper gang discovered there was big money to be made for their corporate friends in trade with China (especially in sale of Alberta tarsands derivatives to oil hungry China). It was a bit weird really.. From being a (red) hot button issue, Chinese civil rights abuses just sort of fell off the radar screen.. and dropped into some black hole..

2- Generally, the "host" government - the one whose natural resources are being extracted - is subservient to the foreign companies (and their governments).

ecological effects of oil spills / Nigeria

 Only Saudi Arabia, which controls a large fraction of the world's oil reserves, has a government with enough clout to dictate (to some degree) it's conditions to its petro-clients. 

Tuesday, November 24, 2015

L'idéologie contra vérité

Edgar Morin: Pour sortir du XXe siècle, Fernand Nathan, 1981. Page 40

".. une conviction bien assurée détruit l'information qui la dément..

.. Effectivement, ce qui agit en nous, à la fois obscurément et extra-lucidement, c'est la volonté d'empêcher l'information d'atteindre l'idéologie.. L'idéologie fait exploser l'information ("bobard! mensonge! calomnie!") pour que l'information ne la fasse pas exploser.

      Qu'est-ce qu'une idéologie du point de vue informationnel? C'est un système d'idées fait pour contrôler, accueillir, refuser l'information. Si l'idéologie est théorie, elle dans son principe ouverte à l'information non conforme. L'idéologie politique est beaucoup plus doctrine que théorie. Ici, nous arrivons à ce problème capital: la relation répulsive et potentiellement désintégratrice entre information et idéologie politique.  C'est parce que l'information est un explosif virtuel pour l'idéologie, que celle-ci a besoin d'entretenir une relation oppressive et répressive à l'égard de l'information."

          Je viens de commencer à lire ce livre. Je crois déjà que c'est l'un des meilleurs du Dr Morin. C'est comme, il y a 35 ans, il a eu l'intuition des plus grands défis d'aujourd'hui. (Il était donc "prophète"..) L'un de ses thèmes principaux est l'information, notre relation à elle, comment elle se déforme / est déformée par la pensée "idéologique", "fanatique"..

          J'ai été piqué à lire ce livre par plusieurs moustiques. En premier, par la montée du fanatisme ethno-religieux depuis quelques lustres. Aussi - et paradoxalement - par le manque d'une véritable et viable idéologie de Gauche, par la banqueroute intellectuelle, culturelle et morale de la Gauche. Or, les politiciens, économistes et universitaires néolibéraux, eux, ont une sorte d'idéologie dans leur fétiche, les lois d'airain du "Marché Libre", l'idole  Moloch des temps modernes. C'est vrai que cette "idiotologie" est néfaste, justificatrice d'un système culturel en train de rendre le monde invivable.. mais ayant, de même, une cohérence interne et surtout, surtout, un certain "vraisemblance" ou (pseudo-)correspondance au monde de faits (économiques) réels. Mais la Gauche n'a rien (de convainquant) à lui répondre.. rien.. (Si vous pensez que la Gauche est bien vivant, répondez à cette question: pourquoi, l'Europe n'est pas gouverné par des Partis Verts parce que le nerf des luttes politiques devrait être comment faire la transition vers une économie verte - et non s'il y aurait nécessité de faire une telle transition..)

         Donc, j'étais conduis à repenser mon rejet global des idéologies. Est-ce possible qu'il y a des "bonnes" idéologies - comme la méthode scientifique - qui guident en opposition aux "mauvaises" idéologies (les fanatismes, les délires collectifs..) qui entraînent le sang et la mort?

                               Moloch, à qui l'on sacrifie les "premiers fruits de la terre" - froment, agneaux, premier enfant.. et aujourd'hui, même la terre elle-même et tout ce qui vit dessus.. Par l'artiste / poète visionnaire anglais, William Blake

             D'après ce que j'ai déjà lu dans les premières pages, je crois que Comment sortir du XXe siècle vaudrait une ré-édition, sous le titre: Comment entamer le troisième millénaire ou quelque chose comme ça.

Thursday, November 5, 2015

Compte-rendu: Hervé Kempf: Fin de l'Occident, naissance du monde

Hervé Kempf: Fin de l'Occident, naissance du monde, Éditions du Seuil, 2013; 137 pages, références (en notes de chapitre) 

           Texte de réflexion, un peu controversé, concis, touffu, possiblement son meilleur livre à date.  (note1)

          La crise du réacteur de Tchernobyl a ouvert les yeux de Kempf aux défis écologiques que le monde fait face. Il devient journaliste environnemental au Monde. Son travail l'a conduit à une critique de fond du "Système" capitaliste mondialisé des grandes corporations multinationales. D'après Kempf, directement ou indirectement, ce Système est la racine de bien de nos malheurs actuels: changements climatiques, injustice sociale grandissante, dégradation de l'environnement naturel et extinction des espèces, l'essor de nouveaux fascismes et fanatismes religieux.. 
L'analyse. Au début les hommes ( ? et les femmes ? ) étaient égaux. La démocratie se pratiquaient - souvent du moins - dans les sociétés chasseur-cueilleur de l'âge de pierre. Survient la révolution agraire qui permettait l'accumulation des surplus de production. Ces surplus sont l'origine de la vraie inégalité des hommes: inégalité de l'accès au pouvoir et des ressources vitales (matérielles, culturelles). Ce sont les inégalités les pus dures, cruelles, durables.

           Suivant l'analyse d'Edgar Morin (Le paradigme perdu), la révolution agraire posait les bases de l'émergence éventuelle de L'État Impérial (ou Patriarcal) - note 2. L'État Impérial creusait plus profondément encore les inégalités entre hommes: esclavage, conquêtes militaires, prélèvements du tribut et transfert des ressources et richesse vers des métropoles prédatrices: Rome, Mexico.. 

          À long terme, l'État Impérial favorisait le développement  de la technologie aux fins guerrières (voire commerciales). Des connaissances spécialisées s'accumulaient. Au fil des siècles, la technologie, devenant de plus en plus sophistiquée et rusée, donnait naissance à la science (note 3).

             Vers le 17e siècle, la technologie (s'appuyant sur les besoins de la guerre coloniale et l'appât du commerce) a atteint une point de bascule. Une autre "révolution" s'est produite, dite "scientifique"  qui permettait l'Europe de l'emporter sur le reste du monde. Kempf prétend que cet essor se fondait sur l'exploitation des ressources et peuples du Tiers et Nouveaux mondes (et une partie de l'Ancien Monde, l'Afrique) récemment conquis..

          Nous vivons maintenant la fin de cette époque. Le Capitalisme moderne sorti de cette conquête du monde par les Européens est à bout de souffle. Les ressources non-renouvelables s'épuisent plus vite qu'on en découvre de nouvelles. La surpopulation nous guette, grâce même aux avances de la biologie et la médecine. La dérèglement de la "machine climatique" nous menace de la famine et le chaos géopolitique sur une échelle inouïe. Les inégalités économiques atteignent le point de conflagration (même sans tenant compte des dérèglements climatiques et écologiques).

            Le problème, selon l'analyse géniale de Kempf, se trouve dans la nature même de la société de (hyper-)consommation capitaliste mondiale. Le moteur de cette société est la consommation programmée afin de faire rouler la machine industrielle de plus en plus vite, ceci dans le but de maximiser les profits et richesse des dirigeants des multinationales (et les classes subordonnées à leur service: professionnels, savants, ingénieurs, techniciens, financiers..)

            Consommation programmée: Le monde doit être incité de consommer de plus en plus mais sans plus référence aux vrais besoins humains: nourriture, eau, abri, emploi, culture, sens de la vie, amitié, amour.. La ruse est d'associer consommation "ostentatoire" et rang social: plus on consomme, plus élevé est son rang. Et on l'a gobé tout rond. 

            Par la propagande (publicité, émulation), on attise le besoin - biologique, inné - d'accaparer le rang social qui nous est propre. Mais on l'attise à tel point qu'il devient maladif, pathologique: on n'a pas de "valeur" que par rapport à l'"infériorité" perçue de l'autre. Pire, cette "valeur se mesure en "unités" de consommation ostentatoire: mon auto est plus grande ou plus vite que la tienne donc je suis supérieur.. c'est évidemment un façon dégradée de voir le monde et vivre sa vie mais elle s'est peu à peu universalisée.. Ce système de "valeurs" pervers est sans doute rendu plus exigent par la dissolution des sources traditionnelles de valeur: famille, religion, tradition, culture local enracinant et métier (dans le sens noble du mot).  

                 Thar she blows! champs pétrolifère, Pennsylvanie, États-Unis, 19e siècle

          L'énergie pas chère, bon marché, fait rouler cette vaste machine d'enfer. Historiquement, le charbon était la première énergie bon marché d'utilisation massive (Révolution Industrielle) et plus récemment les gisements de pétrole faciles à forer. Le hic: les prix énormes du système industriel de production étaient repoussés sur les générations à venir et sur l'environnement: pollutions, destruction des habitats, troubles de santé, travail gênant, entassement urbain.. On ferme les yeux et l'esprit, on se réfugie dans la Pensée Magique: "quelqu'un trouvera la solution, la technologie nous sauvera!" Or, la terre n'en peut plus. Les gisements d'énergie faciles à exploiter s'épuisent, il y a trop de monde, l'agriculture industrielle détruisent les sols fertiles, le climat s'en va où l'on sait pas grâce à des émissions industrielle, individuelle et agricole des gaz à effet de serre. Le système capitaliste mondial, dit Kempf, est en crise. Il est brisé et trop brisé à réparer. Il nous faut un autre système - et vite..

          La "solution" sera de trouver - ou de créer - un nouveau (ou ancien) système de valeurs qui valorise d'autre chose que la consommation ostentatoire (et écologiquement suicidaire). Valeurs de communauté, de famille, de service, de mérite, de fierté de métier - anciennes valeurs redécouvertes. Il faut que les citoyens du Premier Monde acceptent à rentrer dans le rang, qu'ils acceptent - non! que nous exigeons - un partage plus égalitaire, sensé des ressources du monde. Que nous occidentaux commencions à vivre plus frugalement (pas nécessairement en partant d'une compassion universelle mais en voyant nos propres intérêts à long terme: quel monde léguerais-je à mes enfants et petits enfants?)

         Mais, je crois qu'on court contre la mort. Qui gagnera? On n'a pas l'impression que l'Occident va volontiers décider de partager et de vivre dans la frugalité! Les crises vont nous changer d'avis, certes. Mais.. sera-t-il alors trop tard pour renverser vapeur? 

         Ces questions m'ont hanté depuis bien des années. Kempf en a fait une analyse et synthèse intellectuelles admirables. Je recommande son livre à des jeunes gens qui commence à se poser de telles questions. Mais comment mettre ces idées en pratique, qu'elles commencent à porter des fruits dès maintenant. Comment poser les bases solides pour la nouvelle économie, quand l'énergie fossile bon marché s'épuise. Il me semble que la meilleur chose qu'on peut faire aujourd'hui est de travailler pour que nos communautés, les endroits où nous vivons, deviennent plus autonomes soit en gouvernance, soit en suffisance agricole. Je pense à des regroupements comme villes en transition qui font cette oeuvre déjà des années.

          Ce sont des pionniers de la nouvelle économie. Leur travail est, pour moi, moins romantique qu'il nous paraît. En établissant des îles de stabilité sociale, politique et économique, ces "villes en transition" serviront comme modèles à émuler pour les communautés avoisonantes et des appuis à l'État - donc, à l'ordre - local. Dans le monde nouveau qui est en train de naître - décentralisé, relocalisé, démondialisé - il faut surtout assumer la stabilité sociale, économique et politique des plus petites entités: municipalité, micro-régions, provinces voire petits pays. Si pourtant, on n'arrive pas à stabiliser des unités socio-économiques d'échelles intermédiaires, on tombera dans l'anarchie des chefs de guerre..

           Enfin, villes en transition s'entendent valoriser les interconnexions du monde actuel. En partageant l'expérience de leurs succès et des défis rencontrés, ils accélèrent l'éclosion de "communautés post-carbone". Dans ce contexte, la connectivité électronique ne sert plus comme agent homogénéisant, aplatissant du Système dominant mais comme stimulant à la créativité, à la recherche active de savoir faire alternatifs. Alternatifs à l'échelle humaine qui intègrent l'activité économique dans les cycles écologiques, qui ne détruisent ni épuisent la nature. On cherche de la technologie que sert à l'homme et non plus de l'homme. C'est à la fois rêve et exigence de ce temps de transition..


1- Hervé Kempf-wiki:

2- Le Dr Morin préfère le terme société historique mais son usage est semblable (sans mettre l'accent sur le fait du patriarcat autant que je le fais).

3- La science est un émergent du noösphère - le "monde des idées" - spécifique à l'esprit humain (sur la planète terre, du moins..) et non-partagée avec d'autres espèces d'animaux terrestres. Il y a des animaux (primats, oiseaux) qui se servent des outils pour obtenir de la nourriture.

                          oiseau et outil de forage

 Mais c'est pas la science! La science sert des principes, des procédures - entités "mentales" - pour progresser en élaborant ces idées en système afin d'expliquer et d'exploiter systématiquement le monde physique. L'usage des outils par les animaux semblent plutôt conjoncturelle, contingent, opportuniste, spécifique à un contexte particulier.

             Sur le noösphère d'où sortent ou vivent nos idées: